jeudi 6 juillet 2017

Mozilla affirme sa position au Parlement européen sur la vie privée et les communications électroniques

value private MozillaDans le droit fil de l’article du mois de mai de Sherrie Quinn Mozilla veut une réforme européenne de la vie privée en ligne bien faite, publié par Raegan MacDonald, employée Mozilla en poste à Bruxelles, cette dernière publie un article de présentation de la position de Mozilla sur la proposition de la Commission européenne de règlement vie privée et communications électroniques. Mozilla est directement concerné par ce projet qui implique les éditeurs de navigateur dans le processus de recueil du consentement aux cookies (voir l’extrait de la proposition en annexe ci-dessous). La communauté a traduit cet article pour vous.


S’impliquer sur la vie privée et les communications électroniques au Parlement européen

La semaine dernière, j’ai participé à une table ronde technique du Parlement européen à propos du projet de règlement vie privée et communications électroniques (e-Privacy) actuellement à l’étude. Plus précisément, j’ai rejoint la discussion pour parler des « cookies ». La table ronde était animée par le rapporteur principal sur ce dossier, les députés Marju Lauristin (Socialistes et Démocrates, Estonie), rapporteur principal sur ce texte, et Michal Boni (Parti populaire européen, Pologne). Son but était de rassembler les diverses parties prenantes pour que le Parlement dispose des informations sur ce qui pourrait être un changement essentiel de la façon dont l’Europe réglemente la protection de la vie privée et la sécurité des communications en ligne, en liaison, bien qu’avec des objectifs et un objet différents, avec le règlement général de protection des données (RGPD) récemment adopté.

Ci-dessous se trouve un bref aperçu de mon intervention qui décrit les changements que nous avons proposés pour quelques-uns des aspects principaux du règlement, y compris la façon dont il aborde les « cookies » et, plus généralement, la façon d’obtenir le plus de gains pour la vie privée et la sécurité des communications, avec le minimum de complexités inutiles ou problématiques pour le design et l’ingénierie technologiques. J’ai couvert les trois points suivants :

  1. Nous soutenons les incitations pour les entreprises qui offriraient des options protectrices de la vie privée des utilisateurs.
  2. Le règlement vie privée et communications électroniques doit être à l’épreuve du temps en assurant la neutralité technologique.
  3. Les navigateurs ne sont ni des gardes-barrières ni des bloqueurs de publicités : nous sommes des agents de l’utilisateur.

L’actuel instrument juridique sur le sujet, la directive vie privée et communications électroniques (e-Privacy), laisse beaucoup à désirer pour ce qui concerne les protections efficaces de la vie privée et les avantages pour l’utilisateur. Cela est illustré de manière évidente par la « bannière de cookie » dans laquelle les utilisateurs cliquent pour « consentir » à l’usage des cookies par un site web. Le règlement vie privée et communications électroniques est un acte législatif important – pour Mozilla, pour l’Europe et en fin de compte pour la santé de l’internet mondial. Nous soutenons la vision ambitieuse de l’Union européenne et nous allons continuer à travailler avec le Parlement, la Commission et le Conseil en partageant nos avis et nos expériences dans le domaine de la vie privée en ligne. Nous espérons que le règlement contribuera à un meilleur écosystème de communications qui offrirait aux individus du contrôle, de la transparence et des choix significatifs et aiderait à reconstruire la confiance en ligne.

1. Nous soutenons les incitations pour les entreprises qui offriraient des options protectrices de la vie privée des utilisateurs

L’un des objectifs premiers que nous voyons dans le règlement vie privée et communications électroniques est de catalyser les offres de technologies et services de protection de la vie privée pour les utilisateurs. Nous encourageons fortement cet objectif. C’est l’approche que nous avons avec Firefox : les utilisateurs peuvent naviguer dans le mode classique, qui autorise les sites à placer des cookies, ou en navigation privée, qui intègre notre technologie maison de protection contre le pistage. Nous faisons en sorte que les deux options permettent des expériences utilisateur séduisantes, et l’utilisateur est libre de son choix – il peut passer de l’une à l’autre à sa convenance, et même utiliser les deux en même temps. Nous aimerions voir plus de fonctions de ce type dans l’industrie et accueillons avec enthousiasme la teneur de l’article 10(1) du brouillon du règlement vie privée et communications électroniques dont nous espérons qu’il encouragera cette tendance.

2. Le règlement vie privée et communications électroniques doit être à l’épreuve du temps en assurant la neutralité technologique

Un des principes ayant formé l’actuelle directive vie privée et communications électroniques était la neutralité technologique. Il est décisif que le règlement suive ce principe de la même façon, d’assurer son application pratique et de le garder à l’épreuve du temps. De plus, il devrait s’attarder sur le risque sous-jacent pour la vie privée des utilisateurs à travers le pistage de site web en site web et d’appareil en appareil, au lieu de s’attarder sur les technologies particulières qui créent ce risque. Pour en arriver là, la version actuelle du règlement bénéficierait de deux changements.

Premièrement, le Parlement devrait revoir les références aux techniques spécifiques de pistage, comme les cookies du site et les cookies tiers pour s’assurer que d’autres formes de suivi ne sont pas négligées. À première vue, il semblerait que le blocage des cookies tiers permette une protection de la vie privée et de la sécurité en ligne de l’utilisateur – essayez le module pour Firefox nommé Lightbeam, nous présentant le nombre de sites web que vous visitez et les sites tiers qui vous « suivent » sur l’internet – il y a de nombreuses manières de pister l’activité en ligne d’un utilisateur ; les cookies tiers en sont un exemple (même s’il est trivial). L’empreinte d’un appareil, par exemple, crée un identifiant unique et persistant qui porte atteinte aux mécanismes de consentement de l’utilisateur et demande une solution réglementaire. De même, les identifiants publicitaires sont des outils de pistage envahissants sur les plateformes mobiles qui ne sont actuellement pas abordés. Le règlement doit utiliser une terminologie qui saisisse plus précisément le comportement visé et pas uniquement une mise en œuvre possible du pistage.

Deuxièmement, le règlement se focalise particulièrement sur les navigateurs web (comme les points 22 à 24 [voir ci-dessous]), sans considérer correctement la diversité des formes de communication en ligne d’aujourd’hui. Nous ne suggérons pas que le règlement doive exclure les navigateurs web, bien évidemment. Mais se focaliser sur une technologie logicielle particulière côté client risque de laisser de côté une technologie différente avec des implications significatives en matière de vie privée, telle que le pistage facilité par les systèmes d’exploitation mobiles ou les services de cloud (nuage) auxquels on accède par des applications mobiles. Retenir une approche fondée sur des principes garantira que le règlement n’impose pas une solution spécifique qui n’assure pas sérieusement la transparence, le choix et le contrôle hors du contexte de la navigation web.

3. Les navigateurs ne sont ni des gardes-barrières ni des bloqueurs de publicités : nous sommes des agents de l’utilisateur

En se fondant sur ce qui est dit ci-dessus, le Parlement devrait considérer le navigateur web d’une manière qui reflète sa place dans l’écosystème technologique. Les navigateurs web sont des agents de l’utilisateur facilitant la communication entre les utilisateurs de l’internet et les sites web. Par exemple, Firefox propose des options de personnalisation profonde et son but est d’asseoir l’utilisateur dans le siège du conducteur. De même, le mode de navigation privée de Firefox contient une technologie de protection contre le pistage qui bloque certains traqueurs publicitaires tiers via une liste de blocage (vous pouvez en apprendre davantage sur notre approche du blocage de contenu dans cet article). Les deux sont des fonctionnalités d’agent de l’utilisateur, intégré au code délivré aux utilisateurs et exécuté sur leurs appareils locaux – ce n’est ni un service où nous intervenons comme intermédiaire ni un service que nous exploitons quand il est utilisé. Ce n’est pas constructif dans une perspective de règlementation, ni une compréhension précise de la technologie de présenter les navigateurs web comme des gardes-barrières comme le fait aujourd’hui le règlement.


Annexe

Extrait de la proposition du 10 janvier 2017 de la Commission européenne de règlement du Parlement européen et du Conseil concernant le respect de la vie privée et la protection des données à caractère personnel dans les communications électroniques et abrogeant la directive 2002/58/CE (règlement « vie privée et communications électroniques ») :

(22) Les méthodes utilisées pour fournir des informations et obtenir le consentement de l’utilisateur final devraient être aussi conviviales que possible. Étant donné l’usage généralisé des cookies traceurs et autres techniques de suivi, il est de plus en plus souvent demandé à l’utilisateur final de consentir au stockage de tels cookies dans son équipement terminal. En conséquence, les utilisateurs finaux sont débordés par les demandes de consentement. Le recours à des moyens techniques permettant de donner son consentement, par exemple, à l’aide de paramètres transparents et conviviaux, peut constituer une solution à ce problème. Par conséquent, le présent règlement devrait prévoir la possibilité d’exprimer un consentement en utilisant les paramètres appropriés d’un navigateur ou d’une autre application. Les choix effectués par l’utilisateur final lorsqu’il définit les paramètres généraux de confidentialité d’un navigateur ou d’une autre application devraient être contraignants pour les tiers et leur être opposables. Les navigateurs Web sont un type d’applications logicielles permettant la récupération et la présentation d’informations sur Internet. D’autres types d’applications, comme ceux qui permettent d’appeler et d’envoyer des messages ou de fournir des indications routières, ont aussi les mêmes fonctionnalités. Les navigateurs Web assurent une grande partie des interactions entre l’utilisateur final et le site Web. De ce point de vue, ils sont bien placés pour jouer un rôle actif consistant à aider l’utilisateur final à maîtriser le flux d’informations à destination et en provenance de son équipement terminal. En particulier, les navigateurs Web peuvent servir de portiers et donc aider l’utilisateur final à empêcher l’accès à des informations de son équipement terminal (smartphone, tablette ou ordinateur, par exemple) ou le stockage de telles informations.

(23) Les principes de protection des données dès la conception et de protection des données par défaut ont été consacrés par l’article 25 du règlement (UE) 2016/679. Or le paramétrage par défaut des cookies consiste, dans la plupart des navigateurs actuels, à « accepter tous les cookies ». Par conséquent, les fournisseurs de logiciels permettant la récupération et la présentation d’informations sur Internet devraient être tenus de configurer les logiciels de manière à ce qu’ils offrent la possibilité d’empêcher les tiers de stocker des informations sur les équipements terminaux. Cette option correspond souvent à la formule « rejeter les cookies de tiers ». Les utilisateurs finaux devraient disposer d’un éventail de réglages de confidentialité, depuis les plus restrictifs (par exemple, « ne jamais accepter les cookies ») jusqu’aux plus permissifs (par exemple, « toujours accepter les cookies »), en passant par des options intermédiaires (par exemple, « rejeter les cookies de tiers » ou « accepter uniquement les cookies propres »). Ces paramètres de confidentialité devraient se présenter sous une forme facile à visualiser et à comprendre.

(24) Pour obtenir le consentement de l’utilisateur final d’équipements terminaux au sens du règlement (UE) 2016/679, par exemple, pour le stockage de cookies traceurs de tiers, les navigateurs Web devraient notamment lui demander de manifester par un acte positif clair qu’il donne de façon libre, spécifique, éclairée et univoque son accord au stockage et à la consultation de ces cookies sur ses équipements terminaux. L’acte en question peut être considéré comme positif, par exemple, si les utilisateurs finaux sont tenus de sélectionner volontairement l’option « accepter les cookies de tiers » pour confirmer leur consentement et s’ils reçoivent les informations nécessaires pour effectuer leur choix. À cette fin, il y a lieu d’imposer aux fournisseurs de logiciels permettant d’accéder à Internet l’obligation de faire en sorte qu’au moment de l’installation, les utilisateurs finaux soient informés de la possibilité de choisir leurs paramètres de confidentialité parmi les diverses options proposées et soient invités à opérer un choix. Les informations fournies ne devraient pas dissuader les utilisateurs finaux d’opter pour une confidentialité très stricte et devraient comprendre des renseignements utiles sur les risques qu’implique le consentement au stockage de cookies de tiers sur l’ordinateur, parmi lesquels la conservation à long terme des historiques de navigation des personnes concernées et leur utilisation pour l’envoi de publicités ciblées. Les navigateurs Web sont encouragés à proposer aux utilisateurs finaux des moyens faciles de modifier leurs paramètres de confidentialité à tout moment en cours d’utilisation et à leur permettre de prévoir des exceptions ou d’établir une liste blanche de certains sites Web ou de préciser les sites Web dont ils acceptent toujours ou n’acceptent jamais les cookies (de tiers).


Traduction et relecture : Mozinet, Adam, Banban, Théo, Hellosct1, Janus, Goofy et anonymes

samedi 20 mai 2017

Mozilla veut une réforme européenne de la vie privée en ligne bien faite

value private MozillaMozilla est à Bruxelles et bien sûr n’est pas indifférente à la réforme en cours de la vie privée dans le numérique au niveau de l’Union européenne. Raegan MacDonald, basée dans la capitale belge, publie un billet, de Sherrie Quinn (en stage) sur les positions et les objectifs de Mozilla pour cette réforme, que la communauté a traduit pour vous :


La réforme européenne sur la vie privée peut augmenter la confiance et les capacités des utilisateurs, mais elle doit être bien faite

Au mois de janvier dernier, la Commission européenne a proposé d’actualiser le cadre légal européen actuel pour toute l’Union européenne sur les questions de sécurité et de vie privée en ligne, alors appelé directive vie privée et communications électroniques (ePrivacy). Cette initiative arrive à point nommé, car notre confiance en la vie en ligne n’est pas fameuse et nous devons faire beaucoup plus pour la construire. Mais le premier brouillon de la Commission est loin d’être parfait. Dans la mesure où la vie privée en ligne est au cœur même des principes qui animent la mission de Mozilla, nous travaillons activement avec toutes les institutions de l’Union européenne pour partager nos expériences en investissant dans la vie privée en ligne et les conseiller sur les façons dont nous croyons que la loi européenne sur la protection des renseignements personnels peut être améliorée.

Lire la suite

mardi 16 mai 2017

WannaCry, Mozilla toujours pour une réforme du partage des failles connues du gouvernement US

justice and privacyLa presse, même grand public, traite largement de cette épidémie de systèmes qui ont été chiffrés pour demander une rançon à leur propriétaire par un logiciel malveillant frappant mondialement. Un exploit pour les Windows non mis à jour grâce auquel le logiciel malveillant était conçu faisait partie des outils de piratage informatiques dérobés à la NSA et rendus publics.

Vu la taille des agences d’espionnage américaines, l’impact du partage des vulnérabilités avec Mozilla et les autres entreprises du logiciel et l’influence des États-Unis sur les autres législations mondiales, la réforme du traitement des vulnérabilités par le gouvernement US a une grande importance, même pour nous Européens.

Nos bénévoles ont traduit pour vous l’appel de Mozilla à la réforme du cadre légal du partage des vulnérabilités avec les éditeurs de logiciels par le gouvernement américain.

Lire la suite

lundi 27 février 2017

Mozilla face à la proposition de la Commission sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique

La position de Mozilla sur la proposition de la Commission pour une directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique Tandis que les institutions européennes proposent de nouvelles réformes européennes du cadre juridique du droit d’auteur, Mozilla souhaite contribuer à la constitution  […]

Lire la suite

jeudi 23 février 2017

Nous sommes tous créateurs désormais

par Gervase Markham de Mozilla, le 21 février 2017, Au cours de ces derniers mois, l’U.S. Copyright Office (bureau fédéral du copyright[1] des États-Unis) a recueilli des commentaires sur une partie du Digital Millennium Copyright Act (DMCA), plus précisément ce qui concerne la responsabilité des  […]

Lire la suite

dimanche 8 janvier 2017

Vivre dans l'ordinateur : Mozilla appelle à un internet des objets responsable

IoTpar Mark Surman de la fondation Mozilla, le 5 janvier 2017

Un nouveau papier de la coalition NetGain Partnership s’intéresse aux opportunités et aux dangers d’un internet envahissant

Aujourd’hui, nous vivons connectés. Internet interconnecte tout : du commerce et du journalisme à l’art en passant par la participation citoyenne.

Mais de plus en plus, être connecté ne se limite pas à être assis en face d’un écran, une souris à la main. L’internet des objets (Internet of Things ou IoT ) – le réseau informatique qui recouvre le globe – permet à Internet de pénétrer dans nos vêtements, nos maisons, notre santé. Internet est maintenant fait de milliards d’objets connectés et de zettaoctets de données. Internet est omniprésent.

L’omniprésence d’Internet n’est pas une simple nouveauté ou une étape parmi d’autres. C’est un bond extraordinaire qui permet de connecter les systèmes de distribution électrique, les systèmes d’urgence, les pacemakers et les appareils électroménagers. Ce qui nécessite donc une réflexion et une attention profondes. Cette avancée doit être guidée par un ensemble de principes.

Lire la suite

lundi 7 novembre 2016

À quoi travaille l’équipe Net Policy de Mozilla

Dans une riche interview à opensource.com, Chris Riley, directeur de l’équipe Net Policy de Mozilla, revient sur les sujets chauds que défend la fondation de par le monde.

Chris Riley se réjouit de l’adoption dans le monde entier de protections fortes de la neutralité du Net, avec les États-Unis et l’Europe prenant le même chemin que certains pays d’Amérique latine.

En revanche, il regrette les efforts de la Commission européenne pour faire adopter les droits voisins du droit d’auteur et d’autres modifications qui mettraient en péril des pratiques technologiques courantes comme les hyperliens.

Lire la suite

samedi 17 septembre 2016

Le Web est en danger, la réforme européenne du droit d'auteur pourrait tout casser

Il y a trois jours, Mozilla, sous la plume de sa directrice des affaires juridiques et commerciales, Denelle Dixon-Thayer, a jugé « inadaptée » la proposition de la Commission européenne pour une réforme du droit d’auteur dans l’Union. Il est encore temps d’agir.

Aujourd’hui, nous publions la traduction d’un billet de Nino Vranešič, Mozilla Rep et bénévole slovène. Il était présent, le week-end dernier, à Berlin où des Mozilliens européens ont pu discuter de cette réforme et des moyens d’action, après une présentation depuis Bruxelles de Raegan MacDonald de l’équipe Net Policy de Mozilla.

Lire la suite

samedi 3 septembre 2016

Défenseurs des droits et entreprises technologiques en justice contre les fouilles électroniques secrètes

Gagged Washington (CC By-NC 2.0) art around Après avoir soutenu Apple contre le FBI qui prétendait pouvoir lui imposer d’inclure des portes dérobées dans ses produits, les défenseurs des droits et les entreprises technologiques dont Mozilla soutiennent Microsoft dans son action en justice contre le ministère de la Justice des États-Unis et ses ordonnances judiciaires qui bâillonnent les entreprises Internet en leur ordonnant le silence sur les informations et les comptes auxquels les forces de l’ordre ont eu ainsi accès. Nos bénévoles de la communauté vous ont traduit le billet de la directrice des affaires juridiques et commerciales de Mozilla, Denelle Dixon-Thayer, et l’article d’annonce de l‘Electronic Frontier Foundation (EFF) :

Lire la suite

mardi 21 juin 2016

Citoyens européens, défendons la neutralité du Net !

save the internetLa semaine dernière Chris Riley à la tête de l’équipe des politiques Internet chez Mozilla se félicitait du pas en avant fait par la neutralité du Net aux États-Unis. Une cour d’appel fédérale a confirmé l’ordre de la FCC, le régulateur fédéral, sur la neutralité du Net. L’autorité de l’agence pour continuer à protéger les internautes et les entreprises des goulets d’étranglement et des blocages est confortée. Mozilla se réjouit d’autant plus de cette décision qu’elle a été très active à tous les stades de cette affaire.

Aujourd’hui, l’actualité de la neutralité du Net traverse l’Atlantique. Comme on peut le lire dans ce riche communiqué de presse que reprend l’ARCEP, le régulateur indépendant français, l’ORECE lance une consultation publique sur les lignes directrices pour la mise en œuvre du nouveau Règlement européen sur la neutralité de l’internet.

Mozilla, sous la plume de sa représentante à Bruxelles pour les politiques Internet en Europe, Raegan MacDonald, appelle les citoyens européens à faire entendre leurs voix pour conforter la neutralité du Net et présente un site avec des explications et un appel à l’action. Nos bénévoles de la communauté Mozilla francophone vous ont traduit son billet :

Lire la suite

mercredi 25 mai 2016

24 mois pour se conformer au règlement européen sur la protection des données

La directrice des affaires juridiques et commerciales de Mozilla, Denelle Dixon-Thayer, prend la plume pour rappeler qu’il reste 2 ans tout juste aux entreprises pour se mettre en conformité avec le règlement général sur la protection des données (General Data Protection Regulation en anglais) qui, bien que ne s’appliquant directement que dans les 28 États formant l’Union européenne, aura des répercussions mondiales. La communauté Mozilla francophone vous a traduit son billet du blog Open Policy & Advocacy.

Lire la suite

samedi 19 mars 2016

La sécurité de l'utilisateur repose sur le chiffrement

Voici la quatrième prise de position de Mozilla sur le chiffrement et l’affaire du FBI contre Apple que nous traduisons depuis moins d’un mois. Mozilla, par la voix de sa directrice des affaires juridiques et commerciales, Denelle Dixon-Thayer, réaffirme son soutien à Apple et insiste sur l’intérêt général à disposer d’un chiffrement sans faille. La communauté Mozilla francophone vous a traduit son billet du blog officiel de Mozilla.

La sécurité des utilisateurs est capitale. Les entreprises technologiques doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour garantir la sécurité de leurs utilisateurs et créer des produits et services intégrant les plus fortes mesures de sécurité possibles.

Chez Mozilla, notre mission implique de protéger le Web et de prendre position sur les problèmes qui menacent la bonne santé de l’internet. Les gens doivent comprendre et s’approprier le chiffrement comme technologie essentielle pour garder leurs transactions et conversations quotidiennes en sécurité. C’est pourquoi, juste quelques jours avant que l’histoire impliquant Apple n’éclate, nous avions lancé une campagne de sensibilisation (en anglais) pour faire comprendre aux utilisateurs toute l’importance du chiffrement.

Lire la suite

vendredi 4 mars 2016

Mozilla soutient Apple devant la cour pour le bien de tous

Dublin : Castle Gates of Fortitude and JusticeMozilla qui avait lancé une campagne sur la vie privée en ligne notamment via le chiffrement s’était rangé du côté d’Apple quand l’affaire du FBI lui enjoignant de réaliser une version de son système d’exploitation passant outre les protections de l’iPhone et de l’envoyer vers le téléphone au contenu chiffré saisi dans la tuerie de San Bernardino. Depuis, sous la plume de sa directrice des affaires juridiques et commerciales, Denelle Dixon-Thayer, Mozilla a proposé aux gouvernements des principes pour un internet sûr et digne de confiance. Aujourd’hui, elle présente l‘amicus curiae que Mozilla a déposé, avec d’autres grands acteurs américains du secteur IT, auprès du juge fédéral saisi de la demande du FBI.

Comme pour les précédents, les bénévoles de la communauté Mozilla francophone vous ont traduit son message.

Lire la suite

vendredi 26 février 2016

Surveillance : Mozilla propose des principes pour un internet sûr et digne de confiance

Mozilla a lancé une campagne sur la préservation de la vie privée en ligne et en faveur du chiffrement, prévue bien avant l’affaire du FBI contre Apple qui fait la une de bien des médias et sur laquelle Mozilla a pris position pour l’intégrité du chiffrement. Aujourd’hui, sa directrice des affaires juridiques et commerciales, Denelle Dixon-Thayer, publie sur le blog officiel de Mozilla une nouvelle prise de position sur des affaires du type de celle d’Apple, propose des principes directeurs de base aux gouvernements « pour déterminer le champ de leurs activités de surveillance et en assurant une conciliation équilibrée entre leurs besoins légitimes et l’intérêt général », et appelle les citoyens et leurs responsables politiques à l’action en faveur d’un internet sûr et digne de confiance.

Nos bénévoles de la communauté Mozilla francophone vous ont traduit son message.

Lire la suite

jeudi 25 février 2016

Réformer les négociations commerciales internationales pour y inclure le public

États négociant le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissementTAFTA, TTIP, peut-être que ces acronymes vous parlent et même vous inquiètent, peut-être pas et ce n’est pas étonnant puisqu’il s’agit de sigles pour un traité de libre-échange commercial entre l’Union européenne et les États-Unis discuté dans le plus grand secret. Ce partenariat transatlantique de commerce et d’investissement s’il est signé et ratifié aura des conséquences importantes, non seulement à cause de l’importance des économies en cause et des relations commerciales transtlantiques, mais aussi compte tenu du nombre de secteurs dans lesquels des règles seront harmonisées par le traité. Pourtant, la pratique pour négocier ce genre de traités commerciaux est désormais de le faire en secret sans information ni consultation des organisations de défense des citoyens ou des consommateurs, ni même des parlementaires des États négociants.

États parties à l’accord de partenariat transpacifiqueUn tel traité multilatéral a été signé début février par une douzaine d’États du Pacifique. Avec cette actualité en tête, Mozilla a participé à l’élaboration d’une déclaration à l’initiative de l‘Electronic Frontier Foundation (EFF), une association de défense des droits de l’homme sur Internet souvent partenaire de Mozilla, appelant à réformer ces procédures de négociation d’accords internationaux sur les relations commerciales. Les préconisations visent à inclure une information large du public et sa consultation directement ou par l’intermédiaire de ses représentants officiels ou associatifs.

Nos bénévoles de la communauté Mozilla francophone vous ont traduit le billet de Stacy Martin de l’équipe Netpolicy de Mozilla, le communiqué de l’EFF dans lequel Denelle Dixon-Thayer, directrice des affaires juridiques et commerciales de Mozilla, est citée et enfin le texte de la déclaration elle-même intitulée Déclaration de Bruxelles sur le commerce et l’internet.

Lire la suite

samedi 20 février 2016

Mozilla soutient l'intégrité du chiffrement

Alors que Mozilla vient de lancer une campagne en faveur du chiffrement, l’actualité vient la télescoper avec l’affaire du FBI contre Apple. Mozilla soutient le fabricant de l’iPhone dans son refus de livrer à la police, sur injonction judiciaire dans une affaire de terrorisme, un passe-partout permettant de contourner le chiffrement du téléphone dont seul son propriétaire possédait la clé unique.

Mark Surman, directeur général de la fondation Mozilla, a mis à jour son annonce, traduite par la Section Presse Mozilla, pour évoquer la position de Mozilla sur l’affaire. Nous publions le texte en entier avec la traduction de la mise à jour par nos bénévoles de la communauté Mozilla francophone.


Grâce à l’actualité, le chiffrement est devenu un sujet de discussion pour le grand public, avec la résistance d’Apple à la demande qui lui est faite de déchiffrer l’iPhone trouvé sur l’un des tireurs du massacre de San Bernardino. L’intensité du débat public auquel nous assistons est déjà une victoire, et l’occasion de nous impliquer davantage encore. Voici notre position sur l’affaire Apple et les questions cruciales qui sont mises en lumière :

« Il est difficile de discuter politique et jurisprudence à la suite de ces attaques horribles. Cependant, il est vrai que demander à Apple de contourner ses propres systèmes de sécurité va beaucoup trop loin. Cela crée un dangereux précédent qui menacerait la sécurité des consommateurs si on allait plus loin. Les entreprises devraient au contraire être encouragées à renforcer la sécurité de leurs produits, plutôt que de les dégrader. Nous devons faire très attention à ne pas permettre que des événements épouvantables définissent une chose aussi omniprésente que le chiffrement qui est une pièce majeure de l’internet et de notre vie quotidienne en ligne.

Nous voulons que tout le monde comprenne et défende le chiffrement, en tant que technologie cruciale qui permet de rendre toutes nos interactions quotidiennes plus sûres et confidentielles. Nous avons lancé une campagne qui vise à faire prendre conscience et à éduquer les utilisateurs pour qu’ils comprennent l’importance du chiffrement. Le chiffrement mérite une mobilisation de la même ampleur que celle qu’a reçue la neutralité du Net récemment. »

Lire la suite

dimanche 25 octobre 2015

Amendements à la neutralité du net et vote final dans l'UE

Ce billet est une traduction par la communauté Mozilla francophone de Net neutrality amendments and final vote in the EU publié par Chris Riley sur un blog officiel de Mozilla.

Nous sommes à quelques jours du vote pour l’adoption du marché unique des télécoms (ou MUT, en anglais TSM pour Telecoms Single Market), une régulation européenne qui consacrerait la neutralité du net sur tout le continent. Le MUT contient des règles qui définiraient un traitement équitable du trafic et qui interdiraient le blocage, le goulot d’étranglement et l’établissement d’un internet à plusieurs vitesses, bien qu’une poignée d’amendements clés sont encore nécessaires pour éclaircir et renforcer les règles proposées. Il est encore temps d’agir – trouver les amendements potentiels et contacter les membres du Parlement européen à travers une campagne lancée par la société civile européenne sur : https://savetheinternet.eu/.

La neutralité du net est centrale pour la mission de Mozilla et l’ouverture de l’internet. En tant que communauté mondiale regroupant experts en technologie, penseurs et créateurs, nous voulons construire un internet qui soit ouvert et qui favorise la créativité et la collaboration. C’est pourquoi nous avons pris fortement position en faveur d’une vraie neutralité du net dans le monde entier. La neutralité du net préserve la nature collaborative d’internet et favorise la compétition, l’innovation et la créativité en ligne.

Lire la suite

dimanche 5 juillet 2015

Un moment décisif pour la neutralité du Net en Europe

Ce billet est une traduction de Decisive moment for net neutrality in Europe (traduction réalisée par la communauté Mozilla francophone).

Lire la suite

jeudi 28 mai 2015

Réforme du droit d'auteur dans l'Union européenne

Ce billet est une traduction de Copyright reform in the European Union (traduction réalisée par la communauté Mozilla francophone).

Lire la suite

mardi 12 mai 2015

L’Assemblée nationale française adopte une dangereuse loi de surveillance de masse

Ce communiqué est repris du blog de presse de Mozilla et est une traduction de French National Assembly advances dangerous mass surveillance law


Lire la suite

- page 1 de 2